Les Roses vertes : les Aeonium PDF Imprimer E-mail
Aeonium - Aeonium
Écrit par Giuseppe Tavormina   
Jeudi, 13 Septembre 2007 18:42

Article publié dans Subtropica n°16, juillet 2006.

Version allemande publiée dans Avonia en juin 2009 -  Deutsche Übersetzung in Avonia.

Le genre Aeonium fait partie de la grande famille des Crassulaceae, Ce sont des plantes définies comme 'exotiques' (ou bien aimant les climats chauds) par rapport au genre Sempervivum qui, au contraire, chérissent les montagnes européennes.

Le nom Aeonium, dérive du grec 'Aionios' qui signifie éternel, durable et qui rappelle que la plante est en mesure d'affronter des longues périodes de sécheresse. En effet, l'Aeonium utilise les feuilles succulentes comme réserve d'eau pour dépasser les périodes de dormance en réunissant les feuilles au centre de la rosette pour protéger le bourgeon apical. Les espèces qu'elle comprend forment normalement des rosettes symétriques compactes au sommet des branches ou en rosettes acaules. L’espèce la plus connue, Aeonium arboreum, forme une tige nue, haute jusqu'à 1 mètre, de sorte que la plante a la taille d'un petit arbre. Sur la tige, apparaissent, d'une façon voyante, des cicatrices qui témoignent de l'insertion des feuilles tombées. Les Aeonium sont des plantes principalement herbacées, sempervirentes ou des petits arbustes avec des tiges ligneuses à la base.

Aeonium arboreum (A. manriqueorum) au Jardin Exotique de Roscoff

Le cultivar d'Aeonium arboreum appelé ‘Atropurpureum’ a des feuilles d'un rouge sombre, qui en hiver deviennent vertes. Particulièrement originale est la structure d'Aeonium tabuliforme avec des rosettes plates, larges, entre 15 et 50 cm appuyées à terre et composées d’environ 100 - 200 feuilles ! Aeonium arboreum s’est répandu et naturalisé dans tous les pays baignés par la mer Méditerranée, bien qu'actuellement on retienne que c’est la forme domestique d'Aeonium manriqueorum (actuellement synonyme de A. arboreum) originaire de Gran Canaria, mais beaucoup de botanistes ne sont pas d’accord entre eux. Personnellement, je trouve les deux plantes nettement distinctes. Les Aeonium sont originaires principalement de l'archipel des Iles Canaries, mais ne sont pas endémiques de cet archipel : Aeonium korneliuslemsii est natif du Maroc atlantique; deux espèces se retrouvent en Afrique Orientale (Kenya, Tanzanie, Éthiopie et dans le Yemen) ; deux autres sont de Madère et une autre espèce est endémique du Cap Vert.

Aeonium korneliuslemsiis au Jardin Exotique de Roscoff

La maturité de la plante diffère suivant les espèces mais aussi surtout du régime de culture qu’on lui a donné ; certaines espèces monocarpiques comme A. hierrense, A. appendiculatum, A. urbicum ont produit des inflorescences spectaculaires seulement après quatre ans de culture après semis ! Pendant que les espèces petites et cespiteuses fleurissent facilement dès la seconde année de vie de boutures. Généralement les fleurs sont simples à symétriques rayonnantes, petites mais elles forment une inflorescence en corymbe, qui peut être même très voyante et qui donne aux insectes l'impression de se trouver en présence d'une unique grande fleur. Les fleurs ont des coloris jaunes de diverses nuances, blanc panaché ou pas de violet, rose. Une espèce a des pétales de couleur rouge pur (A. nobile). Elles possèdent 6 à 35 pétales. Elles ont normalement des sépales et des carpelles du même nombre alors que les pétales sont en nombre double.

Aeonium nobile au Jardin Exotique de Roscoff



Les fruits, appelés des follicules, à étoile, soudés seulement à la base, sont secs à mûrissement, et s'ouvrent du côté interne, et chaque follicule libère les graines qui sont produites en quantité mais sont très petites. Il s'agit d'un genre très difficile à étudier puisque beaucoup d’espèces sont variables pour la dimension des plantes, de la présence de multiples formes locales, de variabilité des rosettes et des pigmentations des feuilles. La distribution géographique est d'une certaine importance pour mieux remonter à la taxonomie correcte, en ne négligeant pas la présence diffuse mais existante d’hybrides entre espèce ayant beaucoup de différences entre eux.

Aeonium xanagense et son parent A. lindleyi de Faro de Anaga

L'attrait majeur de ces plantes succulentes est qu'elles sont très décoratives et ornementales pour le feuillage et pour les spectaculaires floraisons avec les formes symétriques des rosettes de diverses dimensions, avec les couleurs spectaculaires des feuilles qui varient des diverses tonalités du vert, aux nuances du gris, du pourpre. Mais la caractéristique des Aeonium ne finit pas ici : dans la période estivale, les feuilles assument des nuances plus accentuées, vraiment spectaculaires de couleur rose, violet, marron ou avec des diverses tonalités du rouge au marron pour arriver au noir pur.

Certaines espèces et des variétés présentent à la marge des feuilles des cils, d’autres sont recouvertes entièrement sur les deux côtés de cils épais tomenteux qui donnent l'impression d'un velours. À ces caractéristiques, on peut aussi ajouter celle de posséder une odeur plus ou moins agréable (A. balsamiferum, A. korneliuslemsii).

Aeonium balsamiferum (Photo & Collection Jardin Exotique de Roscoff)

 

Culture :

Le jardinier passionné ne trouve peu de difficultés dans la culture des Aeonium, malgré la variabilité des exigences et des habitats originaires des plantes du genre, tout en donnant à chacune d'elles les conditions culturales se rapprochant le plus de celles des milieux originaires. Les Aeonium sont des plantes de culture facile, en pots. Mais pour mieux faire ressortir leur beauté, le meilleur emplacement est la rocaille naturelle ou artificielle, avec un bon drainage en formant des groupes de grand effet décoratif. Le sol doit être riche et sableux. Ce sont des plantes qui supportent la sécheresse puisque la période de repos coïncide avec la période chaude (Il faut se rappeler que ces plantes croissent principalement en hiver et au printemps). En période sèche, il suffit d'arroser une fois par semaine.
Pour les graines, il faut maintenir humide le substrat pendant la première année de vie avec des températures en hiver de 10°C à 16 °C mais elles peuvent résister très bien à -5°C, l'unique vrai problème n'étant pas la température mais plutôt les gelées d'hiver qui brûlent les feuilles. De mai à septembre, on peut ajouter à l'eau de l’engrais pour plantes succulentes toutes les deux semaines.

Propagation :

La meilleure période pour reproduire végétativement les espèces ligneuses ou semi-ligneuses, est le printemps, alors que pour le semis, l’idéal est le début de l'automne, comme cela les petites plantes ont déjà poussé et sont bien formées pour tranquillement passer l'été. Si l’on veut rénover une vieille plante possédant une base dépouillée et ligneuse, il suffit de pratiquer des boutures de rosette apicale. La reproduction des plantes du genre Aeonium est une des plus faciles parmi les plantes succulentes; la reproduction végétative est la plus conseillée et la plus employée, puisqu'elle permet de conserver intégralement toutes les caractéristiques génétiques et morphologiques de la plante mère, les boutures de radicaux sont faciles, il suffit de planter les boutures semi-ligneuses en terrain sableux en leur donnant un peu d’eau (en spray) de temps en temps. (Valables pour toutes les variétés de A. arboreum ; A. korneliuslemsii ; A. balsamiferum …)

Aeonium simsii (Photo & Collection Antonio Repetto)

Pour faire des boutures de branches ou de tiges basales, il faut les détacher délicatement ou mieux les couper avec un bon couteau puis les mettre délicatement dans un pot avec un composé sableux (A. cuneatum, A. simsii ; A. canariense et variétés et autres).

 

Aeonium cunetaum (Photo & Collection Jardin Exotique de Roscoff)

La reproduction par boutures de feuille est possible mais il faut beaucoup de prudence, en effet il faut détacher les feuilles intégralement, en n’âbimant surtout pas la base la queue !!!!. Les feuilles ne doivent pas être vieilles. Il faut procéder dans la période automnale (A. tabuliforme, A. canariense et variétés, A. cuneatum, A. canariense x A. sedifolium...).

Aeonium tabuliforme (Photo & Collection Jardin Exotique de Roscoff)


Pour les espèces acaules (sans tige) ou monocarpiques, il faut utiliser le semis en automne.

Classification des Aeonium par G. Tavormina (grâce aux livres de Liu et d’Eggli)

I. Petrothamnium

1a A. lindleyi var. lindleyi Tenerife,
1b A. lindleyi var. viscatum Gomera
2 A. goochiae La Palma
3 A. sedifolium Tenerife, La Palma (La Gomera)
4 A. saundersii La Gomera

Aeonium goochiae (Photo & Collection Jardin Exotique de Roscoff)

II. Chrysocome

Simsii
5 A. simsii Gran Canaria
Spathulatum
6 A. spathulatum Tenerife, Gran Canaria, La Gomera, La Palma, El Hierro
7 A. smithii Tenerife

Aeonium smithii (Photo & Collection Jardin Exotique de Roscoff)

III. Patinaria

Praegeri group
8 A. cuneatum Tenerife
Patinaria group
9 A. glandulosum Madeira
10a A. canariense var. canariense Tenerife
10b A. canariense var. palmense La Palma
10c A. canariense var. subplanum Gomera
10d A. canariense var. virgineum Gran Canaria
11 A. tabuliforme Tenerife

Aeonium canariense (Photo & Collection Jardin Exotique de Roscoff)

IV. Aeonium

12 A. korneliuslemsii Morocco
13 A. balsamiferum Lanzarote, Fuerteventura
14a* A. arboreum var. arboreum Gran Canaria
14b A. arboreum var. holochrysum Tenerife, Gomera, La Palma, El Hierro
14c A. arboreum var. rubrolineatum Gomera
15 A. undulatum Gran Canaria

* A. arboreum var. holochrysum fm. manriqueorum sensu GT
* A. arboreum var. holochrysum fm. vestitum sensu GT
*A. arboreum var. arboreum native from Mediterranean region

Aeonium arboreum var. holochrysum (Photo & Collection Jardin Exotique de Roscoff)

V. Megalonium

16 A. nobile La Palma

VI. Pittonium

17 A. glutinosum Madeira
18 A. gorgoneum Capo Verde Islands
19* A. leucoblepharum Yemen, Ethiopia, Somalia, Kenya, Uganda
20 A. stuessyi Tanzania, Kenya, Ethiopia


* A. leucoblepharum var. lavranii n.n. Yemen Sensu GT
*A. x chiovendae n.n. natural hybride dans A. stuessyi X A. leucoblepharum GT

Aeonium stuessyi (Photo & Collection Jardin Exotique de Roscoff)

VII. Leuconium

21 A. lancerottense Lanzarote
22 A. haworthii Tenerife
23a* A. urbicum var. urbicum Tenerife, Gomera
23b* A. urbicum var. meridionale* Tenerife
24 A. gomerense La Gomera
25 A. ciliatum Tenerife
26 A. percarneum Gran Canaria
27 A. decorum La Gomera
28 A. davidbramwellii La Palma
29 A. valverdense El Hierro
30 A. hierrense El Hierro
31 A. castello-paivae La Gomera
32 A. volkeri Tenerife (A. haworthii X A. urbicum? GT)
33* A. pseudourbicum* Tenerife
34 A. appendiculatum La Gomera
* sinonimi di Aeonium urbicum sensu E. Eggli

Aeonium gomerense (Photo & Collection Jardin Exotique de Roscoff)

VIII Greenovia (1995)

35 A. aizoon Tenerife
36 A. aureum Tenerife, Gran Canaria, El Hierro, La Gomera, La Palma
37 A. diplocyclum La Gomera, El Hierro, La Palma
38 A. dodrentale Tenerife

Aeonium aureum (Photo & Collection Jardin Exotique de Roscoff)

LAST_UPDATED2