Le Jardin exotique de Roscoff 2 (fr) - Le centre du Jardin exotique PDF Imprimer E-mail
Crassulaceae in habitat - Jardin botanique - Botanical Garden
Écrit par Jean-Michel Moullec   
Dimanche, 14 Novembre 2010 16:59
Index de l'article
Le Jardin exotique de Roscoff 2 (fr)
L'arrière du rocher
Le bassin, le treillage-palmeraie et la cascade
La fontaine et ses fougères arborescentes
Le petit jardin
Le centre du Jardin exotique
Toutes les pages

 

LE CENTRE DU JARDIN EXOTIQUE


La zone centrale du Jardin exotique est la partie où j'ai travaillé le plus car on y trouve 3 rocailles, créées ou réaménagées de 2003 à 2010. Mais avant d'y parvenir, il faut avancer un peu.

En sortant de la zone du petit jardin, nous avons en face de nous un massif un peu surélevé et retenu par des traverses de chemin de fer. A la bonne période, c'est à dire de la fin de l'été à l'automne, on peut y admirer la floraison d'Amaryllis belladonna, le vrai bulbe, pas celui vendu sous ce nom pour la culture intérieure qui est en fait un Hippeastrum. A. belladonna est d'origine sud-africaine. Elle a un rythme de vie particulier : pendant l'hiver et au début du printemps, elle produit des feuilles qui se dessèchent à la fin du printemps. L'inflorescence sort d'un bulbe nu sans feuilles. La floraison va du rose au blanc. A l'arrière-plan, se trouve Callitris verrucosa, un conifère australien pouvant atteindre 6 m de haut dans son pays (État de Nouvelles-Galles du Sud et l'intérieur du pays). On peut distiller les feuilles ou les fruits de cet arbre pour obtenir une huile volatile. Un autre arbre, encore petit pousse dans ce coin : Lagunaria patersonii. C'est une Malvaceae originaire de Lord Howe Island et de Norfolk Island. On peut se demander comment la plante peut tenir dans notre jardin où il y a un peu de gel alors qu'elle provient de ces îles au climat subtropical sans gel ! L'arbre peut atteindre 10 m de haut. Le nôtre est encore petit. Nous avons un autre arbre originaire de Norfolk Island : c'est Araucaria heterophylla. A coté d'Amaryllis belladonna, il y a aussi Protea aurea, un grand arbuste sud-africain qui grandit de plus en plus.

Amaryllis belladonna

Amaryllis belladonna au mois d'octobre 2004

Amaryllis belladonna

Amaryllis belladonna 'White Queen'

Callitris verrucosa

Lagunaria patersonia

Protea aurea



Les flèches qui indiquent les directions à suivre indiquent qu'il faut prendre à droite puis aller tout droit. Dans le coin de l'intersection, Leonotis leonorus se met en fleur de la fin de l'été aux premiers froids. C'est une belle plante aux fleurs oranges originaire d'Afrique du Sud. Son nom français est « queue de lion » ce qui est très imagé. Le nom anglais est « wild dagga ». Les feuilles séchées servaient de tabac pour les Hottentots d'Afrique du Sud. La plante peut être aussi utilisée comme médicament. Le fait d'en fumer provoque aussi de l'accoutumance comme avec le tabac.

Leonotis leonorus

Leonotis leonorus au mois d'août 2004

Leonotis leonorus au mois d'août 2004

Nous pouvons maintenant avancer un peu et voir la première rocaille terminée en 2009. Elle est en partie sur une pente granitique. Nous y avons installé des succulentes (Crassulaceae, Cactaceae, Aloaceae, Agavaceae) mais aussi des bulbes aimant le gravier. En progressant un peu, vous trouverez un chemin qui vous conduit au centre de la rocaille orientée plein sud et formée d'une dalle granitique en plateau. L'été, il y fait très chaud et l'hiver, quand il fait froid et qu'il y a du soleil, la température augmente, la roche emmagasine de la chaleur qu'elle restitue la nuit. Le plus simple est de vous présenter quelques plantes. Les Crassula sont un peu mes bébés puisque j'ai semé certaines et plantées toutes dans les rocailles.

Cotyledon orbiculata var. oblonga ? (Je pense qu'il s'agit de cette espèce mais la plante était installée sans aucun nom à mon arrivée)

Cotyledon orbiculata var. oblonga ?

Crassula dejecta

Crassula dejecta

Crassula fascicularis

Crassula fascicularis

Crassula setulosa var. rubra

Crassula setulosa var. rubra reçue comme var. curta

Echeveria 'Tippy'

Echeveria 'Tippy'

Echeveria 'Tippy' au mois de juin 2010

Echinopsis spachiana

Echinopsis spachiana

Echinopsis spachiana au mois de juillet 2008

Rebutia huasiensis, R. pygmaea et R. spegazziniana offertes par Margrit Bischofberger

Rebutia huasiensis

Rebutia pygmaea

Rebutia spegazziana


Scilla nervosa

Scilla nervosa

Scilla nervosa au mois d'août 2010

Yucca filamentosa 'Bright Edge'

Yucca filamentosa 'Bright Edge'

Polyxena ensifolia, un bulbe sud-africain.

Polyxena ensifolia

Polyxena ensifolia au mois d'octobre 2010

Polyxena ensifolia au mois d'octobre 2010

Polyxena ensifolia au mois d'octobre 2009


Quittons maintenant ces rocailles et continuons notre chemin. Un peu partout, nous pouvons observer des agapanthes en fleur en été. Elles sont de couleur bleu-foncé à blanche. Le jardin en est couvert en été car elles se ressèment. En général, le public est admiratif. Je n'ai eu qu'une remarque un peu étonnante de la part d'un visiteur : il trouvait qu'il y en avait de trop. Parmi, les agapanthes, on trouve aussi les Pelargonium comme Pelargonium cucculatum ssp. tabulare. Chez nous, ces plantes restent en terre toute l'année et forment de gros buissons en fleur tout l'été. Parmi ces plantes qui forment le fond des massifs, vous pouvez aussi admirer Berkheya cirsiifolia, un chardon sud-africain, une plante peu commune semée en 2009, plantée en 2010 et provenant de l'East Cape. Dans cette zone, nous avions Berkheya multijuga aux fleurs jaunes provenant aussi de l'Afrique du Sud. Malheureusement, un jardinier l'a arraché. Il faudra la ressemer.

Berkheya cirsiifolia

Berkheya multijuga

Berkheya multijuga

Berkheya multijuga

Berkheya multijuga

Pelargonium cucculatum ssp. tabulare

On ne trouve pas seulement des bulbes en rocaille. Certains sont adaptés à la culture en pleine terre. C'est le cas de Dietes bicolor et de Moraea collina (anciennement Homeria aurantiaca). Le premier est sud-africain, forme une touffe de 50 à 120 cm de hauteur avec une floraison de mai à octobre. Le deuxième, Moraea collina donne des fleurs jaunes, oranges ou saumon. Elle est originaire du S-O du Cap où elle pousse sur des pentes montagneuses ou des aplats de sable ou d'argile. Nous avons les formes jaunes et oranges. Vous verrez aussi dans cette partie du jardin des Watsonia en quantité. La plupart sont des W. meriana aux floraisons oranges, roses, rouges... mais il y a aussi W. vanderspuiyae. Ce sont encore des bulbes sud-africains.

Dietes bicolor

Moraea collina

Moraea collina au mois d'avril 2008

Moraea collina au mois d'avril 2005

Watsonia meriana rose

Watsonia vanderspuiyae

En continuant notre chemin, nous arrivons à Protea eximia. Semée en 2003, plantée en 2005, elle a fait ses premières fleurs en 2010. Il faut être patient. De l'autre coté de l'allée, est installée Oxalis hirta 'Gothenburg'. C'est un bulbe sud-africain qui pousse sur des aplats ou des pentes du Northern et du S-O Cape. La plante perd ses feuilles en été et le bulbe se met au repos.

Protea eximia

Protea eximia au mois de juin 2010

Oxalis hirta 'Gothenburg'

Oxalis hirta 'Gothenburg'

Oxalis hirta 'Gothenburg'

Oxalis hirta 'Gothenburg'

Nous avons presque fait le tour du jardin. Nous passons devant la dernière rocaille rénovée en 2003. Elle contient un beau Yucca elata qui a fleuri pour la première fois en 2010. J'y ai aussi mis notre Tylecodon paniculatus en 2005.  Depuis, il se porte bien. En serre, les jardiniers l'arrosaient en contre-saison. Il perd ses feuilles en fin de printemps et les récupère en hiver. Il fleurit régulièrement mais souvent j'oublie de faire des photos. On y trouve aussi des Echeveria comme E. 'Lucas', un hybride de E. agavoides installé en 2003 et E. coccinea, plantée entre deux rochers en 2005. N'oublions pas le beau Sedum oxypetalum, planté en 2003, ni Crassula rubricaulis et Puya berteroniana !

Yucca elata

Yucca elata au mois de juin 2010

Tylecodon paniculatus

Tylecodon paniculatus au mois de juillet 2005

Echeveria 'Lucas'

Echeveria 'Lucas' au mois de juin 2009

Echeveria coccinea

Sedum oxypetalum

Sedum oxypetalum au mois de juillet 2004

Sedum oxypetalum au mois de juillet 2004

Crassula rubricaulis

Puya berteroniana

Voilà, la visite guidée est terminée. Nous sommes revenus au point de départ. Les visiteurs peuvent acheter des plantes en sortant. Pour nous, c'est important. Nous vivons des entrées (environ 30.000 visiteurs par an) et de la vente des plantes. Les visiteurs représentent plus des ¾ des recettes, le reste provenant de la vente des plantes principalement. Cet argent nous permet de payer 4 personnes à plein temps et 2 personnes à temps partiel. C'est grâce à eux que ce jardin est si beau.


Je n'ai pas pu vous présenter toutes les plantes. J'en ai même oublié des importantes comme les Echium hybrides dont la floraison attire beaucoup de monde au printemps. Nous terminerons donc par ça.

Echium au mois de mars 2008

Echium au mois de mars 2008

Echium rose

Echium en fleur en juin 2004

FIN



LAST_UPDATED2